Accordons-nous bien !

Accordons-nous bien !

Comment ancrer,
Les accords point ignorés,
De ces petits mots,
Si précieux, et pourtant,
Objet de biens des maux,
Légers ou importants.

Ils émaillent nos courriels,
Promettent avec zèle,
L’indispensable complément.
Me suivez vous encore ?
Suivre, voici la clé,
Connue en votre for,
À ne point oublier.

Les citerai-je, enfin,
Ces chers « ci-annexé », « ci-joint » ?
Ils ne supportent,
De se parer d’un « e », ou d’un « s ».

Ils émaillent nos courriels,
Promettent avec zèle,
L’indispensable complément.
Me suivez-vous encore ?
Suivre, voici la clé,
Connue en votre for,
À ne point oublier.

Les citerai-je, enfin,
Ces chers « ci-annexé », « ci-joint » ?
Ils ne supportent,
De se parer d’un « e », ou d’un « s ».

Ils nous transportent,
Sans la moindre faiblesse,
Que s’ils sont informés,
Ils peuvent alors s’accorder.

Ils précèdent, ignorants,
Ci-joint la lettre, troublant ?
Ci-annexé les documents.

Ils changent de rang,
Ils habillent, un nom,
Ils revêtent, allons,
Avec allégresse,
Ce joli « e » ou « s »,
Lettre ci-annexée,
Documents ci-joints.

À suivre, cette clé,
Pour d’autres lendemains.

Martine BAUDON,
Adhérente FFMAS Gironde, Experte et formatrice Voltaire

La règle…

Ci-joint et ci-annexé sont invariables lorsqu’ils précèdent un nom ou un groupe nominal : « Ci-joint les deux quittances demandées ».

Ils s’accordent en genre et en nombre lorsqu’ils suivent un nom : « je vous transmets les documents ci-joints ».

[Lien vers le Projet Voltaire]

Fermer le menu
Fermer