À quel salaire prétendre en 2021 ?

À quel salaire prétendre en 2021 ?

Suis-je bien payée ? Quel salaire puis-je demander ? Le niveau de rémunération est une question posée régulièrement par les secrétaires, assistantes, office managers, agents d’accueil…

Trois récentes publications peuvent aider à répondre à cette question :

Jusqu’à la compilation de ces documents, je disais que c’était une gageure. D’une part en raison des disparités de postes montrées par les 220 dénominations attribuées aux millions de professionnels de notre secteur d’activité. De l’autre si l’on intègre des paramètres significatifs tels que le degré d’expertise et d’ancienneté du candidat, le secteur d’activité de l’employeur, sa taille et bien sûr son lieu d’implantation…

Pourtant, la preuve est bien là. Robert Half présente une fourchette entre 20 000 à 49 000 € bruts annuels. Alors que Michael Page l’élargit de 19 000 à 60 000 € bruts annuels. Ce dernier évaluant l’influence de la langue étrangère sur le salaire annuel jusqu’à 8 000 euros.

Des approches complémentaires

Si l’on s’attache aux compétences du candidats par rapport aux attendus du marché, le guide de Robert Half sera le plus parlant. En revanche, si l’on considère l’expérience du candidat ou si l’on recherche des données sur l’attractivité de certaines fonctions, il sera plus facile de se référer à l’étude Michael Page.

De son côté, le magazine Assistant(e) plus a interrogé deux expertes de Robert Half et de Hays recrutement sur les contextes et les tendances.

Je vous invite à consulter les éléments de contextes sur les secteurs qui se démarquent. Mais à constater aussi la part grandissante des enjeux de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) ainsi que la prise de conscience de la nécessité d’attirer et de retenir les talents dans l’entreprise en développant sa marque employeur. Par ailleurs, notons le tassement des offres disponibles augmentant la concurrence sur les postes et stabilisant les rémunérations dans nos métiers.

Découpage & catégorisation

Dans l’étude Michael Page

Nos métiers figurent dans la partie Assistanat et Office Management divisée en trois : l’assistanat de haut niveau (assistant de présidence, office manager), l’assistanat de direction opérationnelle, et, l’assistanat spécialisé. Une place spécifique est attribuée aux métiers de l’accueil auxquels sont associés la gestion documentaire (à fort potentiel d’évolution de salaire) et le service aux entreprises tel que la conciergerie et l’événementiel.

Plus intéressant, nos métiers sont également présents dans les parties spécialisées : assurance, audit & conseil, communication, services généraux…  On peut néanmoins s’étonner de ne pas trouver nos métiers du support ADV et commercial dans la partie relative au commercial.

Dans le guide de Robert Half

En revanche, le guide de Robert Half regroupe nos métiers en une seule rubrique au format « assistant spécialisé » et l’impact monétaire du bilinguisme n’y est pas mesuré.

Salaire et géographie

Dans son étude Michael Page chiffre les variations moyennes de salaires entre grandes régions et l’Ile-de-France :

  • Le plus proche de l’Ile-de-France : de 0 à -10 % en Rhône-Alpes,
  • Les plus étendues dans le Nord et l’Est : de – 8 à – 18 % et – 6 à – 16 % dans l’Ouest,
  • Plus resserrées dans le Sud-Ouest : entre – 11 et – 13 % ou en PACA : entre – 10 et – 15 %

Le guide Robert Half simplifie cet écart en défaveur de la province à 10 %.

Tendances pour 2021

Le guide Robert Half place en tête des recrutements les profils d’assistants hyper spécialisés. Ces profils sont encore plus recherchés s’ils sont bilingues ou maîtrisent parfaitement les outils informatiques (notamment les ERP…). Pour attirer ces candidats dès le recrutement, les entreprises proposent parfois d’emblée le télétravail.

L’étude Michael Page note une stabilisation des offres après une période durant laquelle « le métier aura connu des mutations organisationnelles et contextuelles, et une internationalisation croissante ». Parmi les secteurs porteurs, elle liste l’industrie pharmaceutique, l’agroalimentaire, les services financiers et le luxe ainsi que la tension sur des postes à dimension technique.

Elle met en avant les compétences relatives au digital (outils) et à l’agilité (modes de travail) et désigne nos métiers comme « baromètre de l’entreprise ». François Granier pointait cette dualité entre attention et intention dans sa deuxième étude de l’Observatoire métiers.

Durant l’année écoulée l’importance donnée aux compétences relationnelles (soft skills pour les anglophones) s’est accrue pour tous les salariés. Réjouissons-nous que certaines de ces compétences soient déjà reconnues aux professionnels du secrétariat et de l’assistanat !

Profils qui seront les plus recherchés

Les deux études citent l’assistanat commercial ou ADV dans leur liste. On y trouve également l’office management, l’assistanat spécialisé dont les RH.

Compétences personnelles recherchées

Encore une fois, pointons la dualité entre l’attention et l’intention. Pour la première citons le sens du service, relationnel, optimisme, confidentialité. Pour la seconde la flexibilité ou l’adaptabilité, la capacité d’anticipation, l’autonomie. De plus, la gestion de crise et la résilience se sont invitées dans cette année si particulière selon le magazine Assistant(e) plus.

En conclusion

Savoir se positionner en termes de salaire afin de faire reconnaître notre contribution à la valeur ajoutée de nos organisations est indispensable. Toutefois, le contexte économique n’est pas propice aux augmentations de salaire. En revanche, dans les secteurs moins impactés, les profils qui ont su se montrer innovants et se rendre indispensables dans le contexte de crise peuvent tirer leur épingle du jeu.

En plus de renforcer notre professionnalisation, la collaboration entre pairs, secrétaires & assistantes et toute dénomination qui se rapporte à nos fonctions est un moyen d’accroitre notre visibilité.

Vous avez compris qu’aucun de ces articles ne répond exactement à toutes les situations personnelles. Ils sont néanmoins très instructifs. Pour répondre plus sobrement à la question du positionnement salarial un outil est proposé par Hays [Baromètre des salaires Hays].

Enfin, j’ajouterai que le seul niveau de la rémunération n’est pas le seul critère à prendre en compte. D’autres paramètres viennent compléter le panorama tels que les avantages annexes. Citons par exemple l’aménagement des horaires, la possibilité de télétravailler, des services de conciergerie…. ou même le potentiel qu’offre l’employeur ou son secteur d’activité au travers de ses valeurs. Optez pour le cocktail qui vous convient à vous !

Bien évidemment, je recommande vivement de préparer sa stratégie pour faire sa demande. Et comme le dit si bien Josette Dubost, l’une de nos référentes favorites : «  des faits, des preuves, des chiffres… ! ». Dont ceux présentés dans les articles cités.

A vous de juger.

Maryse Eballard
Experte métier

Sources :

Pour aller plus loin :

  • Comment répondre à la question sur vos prétentions de salaires selon Robert Half [lien]
  • 6 conseils pour demander une augmentation (et l’obtenir) Robert Half [lien]
  • Les grandes tendances du marché, Michael Page – IFOP [Lien]
  • N° 49 Assistant(e) plus [Lien]
  • Baromètre des salaires Hays [Lien]

Fermer le menu
Fermer