Il y a 80 ans

Il y a 80 ans

Ce 18 juin 2020, nous célébrons les 80 ans de l’Appel du 18 juin 1940. Une question m’est venue à l’esprit : qui a tapé le document ? Sotte question me direz-vous au regard de l’événement historique. Certes, mais je suis attachée à tout ce qui touche, de près ou de loin, au métier.

Je vous livre donc le fruit de mes recherches : Elisabeth de Miribel, alors secrétaire du Général, était derrière ce document dactylographié. Bien jolie photo d’Elisabeth âgée de 25 ans en ce fameux jour.

Elle nous conte l’événement dans son livre La liberté souffre violence paru chez Plon en 1981 :

«Dans l’après-midi du 17 juin 1940, le coup de téléphone que j’espérais secrètement m’a convoquée pour le lendemain matin à Seymour place, dans un petit appartement dont Jean Laurent avait remis les clés au Général de Gaulle.

Je me suis retrouvée devant une machine à écrire et devant des feuilles manuscrites très difficiles à déchiffrer. J’étais installée dans une chambre, à côté de la salle à manger. Le Général s’est absenté une partie de la matinée. Il est sorti pour déjeuner.

Mon vrai travail a commencé vers trois heures. Je m’applique laborieusement à lire un texte finement écrit et surchargé de ratures. Je dois le recopier, au propre, à la machine. Pour gagner du temps, Geoffroy de Courcel m’en dicte des passages. Il emporte, au fur et à mesure, les feuillets dactylographiés pour les soumettre au Général.

Ces mots vont constituer une page d’histoire. Je ne le sais pas encore. Pourtant, j’ai l’obscur pressentiment de participer à un événement exceptionnel. L’heure passe. Le temps presse. Il sera bientôt six heures du soir. Ma tâche est terminée. Le Général fait appeler un taxi pour se rendre à la BBC avec Courcel. Ils me déposent en chemin devant ma porte. Je monte préparer mon dîner. Pendant ce temps, des paroles irrévocables s’envolent vers la France. Je n’ai pas entendu l’appel ce soir-là !».

Il est aussi à noter que Madame de Gaulle, surnommée affectueusement par les Français «Tante Yvonne», n’a pas entendu l’appel de son époux. Sur un bateau avec ses trois enfants en direction de l’Angleterre, elle a appris la chose en accostant.

A bien y réfléchir ma question n’était pas si sotte que cela : je suis heureuse aujourd’hui de mettre en lumière cette secrétaire et de contribuer modestement à la faire revivre. En effet, Elisabeth a rejoint le Général le 30 mars 2005. Elle avait 90 ans.

J’oubliais :

«L’action, ce sont les hommes au milieu des circonstances.»
Charles de Gaule

Tout est dit !

Josette Dubost
Membre fondateur, Expert métier FFMAS

Fermer le menu
Fermer