La QVT plus qu’un acronyme, une valeur

La QVT plus qu’un acronyme, une valeur

Avant d’entrer dans le vif du sujet, rappelons ici la Loi Rebsamen de 2015 et l’ANI de 2013 sur la Qualité de Vie au Travail qui apportent un principe d’amélioration à la définition initiale :

« La qualité de vie au travail désigne et regroupe sous un même intitulé les actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises, d’autant plus quand leurs organisations se transforment. »

Sans rentrer dans le discours très discuté du « bonheur au travail », la QVT (Qualité de Vie au Travail) prend une place de plus en plus importante au sein des entreprises, conscientes de la nécessité de conjuguer le bien-être de leurs salariés à travers l’amélioration des conditions de travail et la performance économique.

Voilà plusieurs années déjà qu’une semaine lui est dédiée au mois de juin de chaque année : ce rendez-vous annuel, organisé par le réseau Anact-Aract, apporte des éclairages, des actions concrètes et partage des enseignements (transitoires ou durables) tels que la crise sanitaire actuelle a pu nous en donner.

La QVT figurait également parmi les thèmes abordés lors de la semaine de nos métiers organisée en octobre dernier.

Cette crise que nous vivons depuis le printemps 2020 n’a fait qu’accroître cette nécessité de prise en compte significative de la QVT dans les politiques RH. Si Henry Ford avait déjà compris que la richesse de l’entreprise était ses Hommes, cet acronyme des années 2000 apporte une dimension plus large tenant compte :

  • des interactions humaines et du degré de participation et d’implication dans le collectif avec le soutien de ses collègues et managers
  • d’une notion d’autonomie dans le travail avec une vision globale, gage d’une perception de sens et d’utilité

La première période de confinement du printemps 2020 a été l’occasion, pour certains d’entre nous, de confirmer leur rôle essentiel dans ce lien social en mettant en avant leur capacité à fluidifier la communication auprès de tous les salariés, à être un relais fidèle de ce qui se passe au sein de leur entreprise,  proposer des actions d’accompagnement dans la pratique du télétravail (certains étant peu ou pas habitués à une telle pratique), ou encore organiser des moments conviviaux virtuels.

Nombre de webinaires ont vu le jour pour accompagner les publics, notamment ceux de notre partenaire #Eurécia, à travers les « canapés RH » auxquels la Fédération a pu participer et qui se poursuivent encore aujourd’hui.

Certes ce lien social est mis à rude épreuve avec le contexte actuel et la virtualisation de ce que l’on a de plus cher, le contact avec les autres, est difficile : l’écran ne remplacera jamais la qualité d’une vraie relation humaine. Mais, en attendant le retour d’une vie normale, ne nous fermons pas les portes et jouons notre rôle d’une autre manière, le champ des possibles est vaste.

Un exemple parmi d’autres…

Pour vous offrir quelques pistes de réflexion, c’est avec ma casquette de salariée que je viens vous apporter mon témoignage et partager mon vécu.

Comme bon nombre d’entre vous, mon entreprise a mis tout le monde en télétravail et nous avons dû, certes nous adapter rapidement, mais surtout user de nouveautés pour accompagner nos collaborateurs et faciliter leur quotidien au travail :

Renforcer la communication avec :
  • L’animation de réunions régulières pour assurer un même niveau d’informations par tous, avec une forte implication des managers intermédiaires
  • la création de groupes Whatsapps garantir une interaction immédiate, un sentiment d’appartenance et une proximité renforcée
Organiser davantage de moments conviviaux pour veiller à la cohésion d’équipe (même éloignée) avec :
  • des moments en visio par service mais pas forcément, devenus presque des rituels (type apéros, pause-café, … )
  • un jeu en ligne fédérateur pour l’ensemble du personnel (baggel quizz, …)
Développer le soutien et l’entraide avec :
  • des moments uniques d’écoute pour que chacun s’exprime
  • la mise à disposition d’une ligne d’assistance psychologique
  • l’aide à la mise en place du télétravail par le partage de bonnes pratiques, l’apport d’outils et matériels adaptés, et l’accompagnement personnalisé
Réorganiser le temps de travail :
  • avec la mise en place d’une charte de télétravail.

Et pour aider nos collaborateurs à mieux vivre cette période difficile, nous avons complété cette liste par :

  • la mise à disposition d’une flotte de vélos grâce à la société #TimSports
  • l’organisation d’ateliers de méditation, soit en visio soit sur site, avec l’intervention de Jonathan Lehmann, auteur du livre #lesantisèchesdubonheur et d’une application mobile de méditations guidées 7Mind.
  • l’organisation une fois par mois d’une activité de beauté ou bien-être par l’intervention de professionnels soit sur site, soit en visio (sport, personnal shopper, nutrition…) grâce à notre partenaire #BeautyCab.

La dimension RH de cette expérience a conforté notre volonté de porter plus haut notre démarche RSE qui prend désormais place dans la stratégie globale de l’entreprise grâce au dynamisme du comité RSE que j’ai impulsé avec la participation des acteurs clés : les RH, la Com’ et l’Office-Manager, sans oublier notre sponsor, l’associé fondateur, directeur des ressources humaines qui a validé cette initiative.

Et si vous souhaitez afficher votre démarche active de bien-être au travail, vous pouvez porter plus haut votre marque Employeur à travers un label comme HappyAtWork, GreatPlacetoWork, et d’autres …

C’est souvent dans les moments de crise que se créent les plus belles réussites. Avec de la proactivité, de la volonté, un peu d’audace, une vision positive et une lueur de créativité, tout est possible ! Il suffit d’y croire 😉

Sophie NOUVEL
Présidente nationale FFMAS
Secrétaire générale du Groupe Emargence

Fermer le menu
Fermer